Le charroi des olives

Hier, dans la nuit du vendredi au samedi 5 décembre 2015, j’ai pris mon courage à deux mains et me suis levée à 2h30 pour aller à Saint-Geniès-des-Mourgues rejoindre les participants du 9ème Charroi des olives.

Le premier charroi (transport par chariot) des olives fut organisé par Nicolas Vitou, un manadier de Castries, il y a  9 ans, avec d’autres passionnés d’attelages anciens et de chevaux lourds. A l’époque, les anciens avaient l’habitude de transporter la récolte des olives de décembre au moulin de Sommières de nuit, pour ne pas perdre de temps. Tous les oléiculteurs autour de Castries faisaient le trajet ensemble avec leur convoi, pour l’entraide et la solidarité.

Nous étions 85 participants, le groupe étant habituellement limité à 120 personnes, et beaucoup avaient joué le jeu en s’habillant à l’ancienne, comme le conseillait l’organisation (vêtements fluos à éviter surtout !). Tout le monde était chaudement vêtu mais entre la douceur de cet hiver 2015, le bon rythme de marche et la chaleur humaine, nous n’avons pas eu froid du tout. La plupart des attelages avaient des places assises à l’arrière et certains ont fait le voyage de cette façon. Quelques lanternes étaient accrochées aux chariots mais avec un faible éclairage, l’idée étant de cheminer à la lueur des étoiles et de la lune.

Après une bonne heure de marche, vers 5h, nous avons fait une halte à la gare de Saint-Christol, ou un grand feu était dressé ainsi qu’une table avec des boissons chaudes et des biscuits, pour reprendre des forces. Une restauration bienvenue. Certains ont sorti leurs bouteilles de remontants faits maison et en ont proposé autour d’eux.

Grâce à cette pause agréable sommes repartis ragaillardis pour la dernière partie de marche. Entre Saint-Christol et Boisseron, nous avons croisé un cheval noir échappé d’un pré. Les connaisseurs ont dit qu’il était très beau et que c’était un Mérens. Des manadiers l’ont enfermé dans un enclos et ont prévenu la police.

Ensuite j’ai engagé la conversation avec Henry, un retraité venu avec son association de marcheurs de Lunel, un groupe sympathique de joyeux lurons. Le temps a passé bien vite grâce à ces échanges et à la lueur du petit matin, après environ 15 km, à 8h, nous voilà déjà à Sommières, accueillis par quelques habitants et les lumières de Noël, avec la traversée du magnifique pont romain.

Nous avons continué jusqu’au moulin de Villevieille et avons déchargé les olives. Puis nous sommes allés à la salle des fêtes de Sommières pour déguster dans une ambiance festive un bon petit-déjeuner paysan composé de vin, de soupe de légumes, de soupe à l’oignon, de fougasse, de charcuterie, de fromage et de brioche… sans oublier les digestifs maison de mes nouveaux amis de Lunel. Les plus courageux sont repartis avec les attelages alors que les autres, dont je faisais partie, ont pris le minibus/navette et sont rentrés se reposer.

Cette randonnée nocturne sera peut-être intégrée à l’avenir aux séjours de Belle Tourisme car je sais qu’il y a d’autres personnes comme moi qui aiment l’aventure humaine et insolite.